• Cloé Muriel

Voyage à Nuwakot - Janvier 2020

Nous sommes de retour pour vous faire voyager ! Ou plutôt, pour vous raconter notre épopée de janvier dernier au Népal.

Lundi 20 janvier 2020, Priya Lanfranchi, Nathan Blanchard et moi-même, partions pour Kathmandu en passant par Dubaï. Après ces quelques heures de vols, nous foulions le sol népalais… Que de contrastes dès l’arrivée ! Nous étions bien au Népal, aucun doute possible : la conduite à gauche, les piétons au beau milieu du carrefour, les marchands de fruits et légumes en bord de route, les singes se baladant sur les toits, il y avait de l’animation dans la rue !


Accueillis par Tenzing, le fils de Nima Bandi Sherpa

La première semaine, en guise d’acclimatation, nous avons arpenté les rues de Kathmandu avec les yeux grands ouverts, fait de belles rencontres et sommes aussi passés de découvertes culinaires en découvertes culturelles.

Les premiers jours, nous ont permis, à Nathan et moi, de nous familiariser avec la culture népalaise, de laquelle nous sommes tombés sous le charme.


Boudhanath Stupa
Swayambhunath - Monkey temple

Dimanche 26 janvier, direction Nuwakot en voiture avec le chauffeur de Nima Bandi Sherpa et elle-même. Priya L. nous avait prévenu, la route risquait de ne pas être de tout repos. Effectivement, en trois heures de trajet, nous avions parcouru quarante-cinq kilomètres plutôt secouant sur une route en terre.


Pick-up avec l'école de Sundaradevi en contrebas

Pour Nathan B. et moi-même, qui n’étions jamais venu, nous avions trouvé cette route bien chaotique, pourtant Priya L. nous a assuré qu’il s’agissait quasiment d’une autoroute comparé à son dernier voyage. Comment pouvait-on faire pire que cette route…

Dès notre arrivée, nous sommes allés à l’école de Sundaradevi pour rencontrer les enfants et les professeurs, c’était un événement pour eux. Nous avons été accueillis comme des rois, avec des foulards de bienvenues, du rouge sur le front, un bouquet de fleurs et tous ces sourires d’enfants… Magique! Tous curieux de nous rencontrer et aucunement timides, ils voulaient tous voir à quoi ressemblaient ces visiteurs !


Le trio après la cérémonie d'accueil

Le directeur et les professeurs nous ont montré l’école et les différentes classes, accueillant des enfants du village de trois à dix-sept ans environ.

Leur fin de journée est très cadrée, tous en rang avant de rentrer chez eux, une organisation très jolie à voir. La sortie est précise, les plus grands ouvrent le pas, suivi des plus petits, tous mignons avec le cartable sur le dos.


Fin de journée d'école: tous en rang!

Ensuite, nous rencontrons les professeurs autour d’un thé pour discuter des différentes modalités pour les cours de danse de Priya L.. Un accord est trouvé, il y aura deux cours par jour et elle travaillera avec trois degrés différents (trois, huit et neuf), équivalent à des enfants de six ou sept ans, ainsi qu’à des adolescents entre quinze et dix-sept ans.


Réunion avec les professeurs et le directeur

Dans le début de soirée, nous découvrons notre chez-nous pour les dix prochains jours : une jolie petite ferme de café appartenant à la Nuwa Estate Coffee, situé à une quarantaine de minutes à pied de l’école.


Nima Bandi Sherpa nous fait découvrir la ferme

Très jolie bâtisse, avec plusieurs chambres, une cuisine, une grande terrasse avec une belle vue sur les plantations de café et une étable avec quelques vaches. Nous rencontrons ainsi les employés, tous adorables et accueillants. Pour cette première soirée, Dahl Bat de poisson et un thé au coin du feu. Dépaysant et contrastant avec le chaos de la ville.

Lundi 27 janvier, premier jour d’école pour notre trio genevois. Après un petit-déjeuner continental à la ferme, nous étions prêt pour les premiers cours de danse.

Mais d'abord: notre ballade en descente sur la route en terre pour rejoindre Sundaradevi.


Nima B. Sherpa attentive à la leçon

Avec Nathan B., nous étions en charge de documenter le séjour, à l’aide de différentes caméras et appareils photos pour que Priya puisse se concentrer à transmettre son savoir aux enfants et leur faire découvrir son univers en mouvement.


Cours de danse avec la classe 8

Ils étaient curieux d’apprendre et écoutaient avec attention les instructions et conseils avisés de Priya. N’ayant pas vraiment d’éducation physique dans leur école, ces mouvements sortant de l’ordinaire avaient un goût de défi pour eux.


Débuts de la chorégraphie avec la classe 8

Chaque midi, nous avions la chance d’être nourris par l’école. Une petite écuelle en métal, une cuillère et différents repas à base de légumineuses bien épicées ! Soupe de pois chiche au piment, dahl, riz soufflé ou un jour même des donuts et du thé sucré !

Le moment du repas pour les enfants aussi très organisé. Il n’y avait aucune cohue devant la cuisine… tous en rang, avec leur bol dans les mains, attendant patiemment leur tour. Ensuite, ils se dispersaient tous : entre copains, assis proche de nous, ou sur un gros rocher, ou encore dans la cours proche du terrain de volleyball.

A la fin du repas, chacun se lavait les mains avec une rigueur chirurgicale et lavait son bol, pour ensuite retourner vaquer à ces occupations avant de retourner en classe.


Nathan B. s'amusant avec les enfants à midi
Les enfants accourent dès la sortie de l'appareil photo

Après quelques jours d’acclimatation à Nuwakot, ainsi que quelques cours de danse, Anne Lanfranchi nous a rejoint et s’est également fait accueillir comme il se doit. Elle était impressionnée par l’application des enfants et l’écoute attentive qu’ils pouvaient avoir envers Priya L.. Il est vrai qu’ils étaient très disciplinés !


Anne Lanfranchi à son arrivée, avec le directeur

Jeudi 30 janvier, jour de fête à l’école ! Nous étions invités pour la célébration de la déesse de l’éducation. Le rendez-vous a été fixé à sept heures du matin, certes un peu tôt, mais nous étions impatient d’assister à ce jour sortant de l’ordinaire. Nous nous dépêchions, de peur d’être en retard… A 7 :10, nous étions parmi les premiers arrivés… pourtant nous avions bien compris ! Une nouvelle fois, nous avions oublié qu’il s’agissait de l’heure népalaise…

Une heure plus tard, tous les enfants étaient arrivés. Nous avons eu le droit à un bindi rouge avec du riz sur le front, un foulard chacun et nous découvrîmes que nous étions au centre des festivités.

Les enfants prêts pour honorer de la déesse Saraswati
Table d'offrandes pour la déesse

Les élèves se sont finalement mis en rang, par classe, face à la table des offrandes. Derrière celle-ci se trouvait une rangée de chaise, nous comprenons rapidement que nous devons nous y installer. C’est un peu gênés que nous prenions place et la cérémonie débuta. Musique, prières et chacun leur tour venait saluer la déesse et lui faisait une offrande à base de fleurs, de sucre et de noix de coco. Vraiment beau à voir et à vivre.


Priya L. et Cloé M. entourées des enseignantes

Pour ravitailler les troupes, un bol de riz au lait bien sucré, cuisiné sur place, ce qui nous donna assez de forces pour ensuite remonter à la ferme entouré des enfants qui empruntaient le même chemin que nous, plus rapidement certes, mais nous tenions l’allure, nous avons même découvert des raccourcis !

Samedi 1 février. Seul jour de congé pour les élèves népalais, nous sommes partis en randonnée avec Ronisha. Elle aussi élève du degré 9 à Sundaradevi, elle venait pratiquement chaque soir nous rendre visite à la ferme pour discuter ou manger avec nous. On lui a fait découvrir les plats de pâtes, plutôt copieux, avec du pesto ou une sauce tomates, pas sûr qu’elle en garde un bon souvenir… Par contre, une chose est certaine, elle a adoré le coca et en redemandait chaque fois qu’elle montait nous voir.

Lors des soirées autour du feu, nous conversions en anglais, elle tentait de nous apprendre les rudiments du nepali, nous racontait sa vie ici à Nuwakot ou encore prenait des cours particulier de danse avec Priya.

Elle appréciait le temps en notre compagnie et c’est pourquoi elle nous a proposé une balade dans les hauteurs de la vallée. Nous croyions partir pour une randonnée de deux ou trois heures sur un terrain accidenté et nous nous sommes préparés en conséquence avec les chaussures adéquates. Et voilà que Ronisha arrive avec une robe légère, un petit sac à main, avec évidemment une paire de sandales à talon. Notre étonnement s’est directement lu sur notre visage lorsque nous l’avons aperçue… C’est ainsi que nous sommes partis à travers bois et Ronisha suivait sans grande difficulté malgré ses talons !

Au bout d’une heure, après avoir traversé un petit village, nous voilà arrivés sur un plateau surplombant la vallée, une vue magnifique et un pique-nique et nous voilà repu pour la journée. La descente fut un peu plus scabreuse pour Ronisha qui commençait à avoir mal au pied. Nous lui avons tous tiré notre chapeau pour cette belle performance !


Ronisha à l'arrivée sur le plateau

Lundi 3 février, c’est avec une grande émotion que Priya donna ses deux derniers cours aux enfants de l’école de Sundaradevi, fière de leur avoir fait découvrir sa discipline et de leurs progrès, elle clôtura cette semaine de cours avec un sentiment d’accomplissement.

Nous avons eu le droit à une belle cérémonie d’adieu avec tous les enfants assis en arc de cercle. Par la même occasion, Nima et Tashi Tenzing était présent pour remercier tous les professeurs du travail qu’ils font avec les jeunes.

Tous émus: nous avons dit au revoir à toutes ces personnes !


Une partie des enfants de l'école
Cloé M. et Priya L. à la fin de la cérémonie d'adieu

Pour terminer en beauté notre séjour à Nuwakot, Nima B. Sherpa et Tashi Tenzing nous ont amené dans une école plus modeste dans les hauteurs de la région. Nous y avons distribué du matériel scolaire de Genève. Tous étaient ravis de leurs nouveaux crayons de couleurs, gommes ou cahiers, ils n’hésitaient pas à faire des échanges entre eux pour être pleinement satisfait de leur cadeau.




Distribution du matériel plus haut dans la vallée

Sur le chemin du retour, avec la lumière du coucher du soleil, nous avons pu rester à l’arrière du pick-up, instant magique qui nous restera gravé pour toujours. Les cheveux au vent, les yeux admirant la vue et le sourire aux lèvres, nous dévalions ainsi la route. Heureux de notre séjour dans la ferme de café, heureux de toutes ces rencontres, heureux d’avoir pu (re)découvrir cette culture, heureux d’avoir passé dix jours tous ensemble et heureux d’avoir pu les aider grâce à Green Tara Genève.

Merci de votre lecture, j’espère sincèrement que ce récit vous a plu et vous a fait voyager en ces temps particuliers.

A très bientôt,

Cloé Muriel

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout